Helsinki / Rencontre avec Johanna Gullichsen, designer textile /



Rencontre avec Johanna Gullichsen, designer textile



Johanna Gullichsen, est une designer textile finlandaise, je l'ai rencontré pour la première
 fois en septembre dernier lors d'une exposition chez Merci. Tout de suite, j'ai accroché 
avec sa façon d'appréhender l'artisanat, avec sa façon de parler de ses créations. On perçoit
 tout de suite que Johanna est une passionnée. Tout comme moi elle affectionne les objets
qui ont un vécu. J'avoue que j'ai également été séduite par sa grande gentillesse ainsi
que par son accent finlandais quand elle s'exprime en français.


Quand on m'a proposé d'aller la rencontrer sur ses terres, à Helsinki, j'ai bien évidemment 
accepté tout de suite. Lors de ce séjour, j'ai écouté Johanna avec beaucoup d'attention et
de curiosité, j'ai apprécié d'en savoir plus sur son enfance, son cheminement, ses projets.




Coussins J.Gullichsen chez Artek
Photo Atelier rue verte 



Un parcours atypique


Il faut savoir que Johanna a grandit dans l'univers du design. C'est en effet la petite fille 
de Maire Gullichsen, cofondatrice de la maison d'édition Artek (1935) avec le célèbre 
architecte/designer Alvar Aalto. Elle est revenue sur son enfance, sur ses relations 
avec ses grands-mères qui lui ont transmis des notions complètement différentes. 
Sa grand-mère maternelle lui a permit d'acquérir un certain regard sur l'esthétisme 
des objets et sa grand-mère paternelle l'a sensibilisé à l'artisanat. Avec la première 
elle écumait les expositions d'art, avec la seconde elle tissait des tapis.


Elle a suivi des études à l'Université d'Helsinki pour apprendre la littérature, 
l'histoire de l'art et bien sûr la langue française. Mais Johanna avait soif de connaissances
 peut-être plus manuelles. Elle débute donc une formation intensive pour apprendre la sculpture, 
le dessin, les arts graphiques, l'impression textile. Puis, Johanna s'inscrit dans une école située
 à Porvoo (ville d'art et de culture) pour s'initier à l'art du tissage pendant deux ans. 
Mais ce n'est pas tout, Johanna a également suivi des cours de menuiserie, elle tenait
  à connaître les différentes techniques pour travailler le bois (assemblage, tournage ...). 
Elle a également apprit à reconnaître les différentes essences de bois.

Johanna a une soif d'apprendre impressionnante. Elle aime tout maîtriser, elle veut 
comprendre dans les moindres détails les différentes étapes de création d'un produit.


Son envie de créer sa propre marque de textile devient de plus en plus évidente.






Lancement de sa marque


Elle s'est lancée en 1989, en créant dans un premier temps des tissus d'ameublement 
dans un petit atelier. Sa recherche de la perfection l'amène à créer elle même sur son métier
à tisser ses propres motifs et ses prototypes. Les motifs très graphiques ne lui sont pas
 inspirés par un tableau, par une scène de vie ou autre chose, le simple fait de s'asseoir devant
 son métier à tisser l'inspire, les motifs arrivent tout naturellement. Par contre les couleurs 
qu'elles utilisent le plus souvent lui sont inspirées par les teintes des paysages finlandais.
Ses palettes vont du jaune, très franc que l'on peut associer à un lever de soleil à des couleurs
plus sombres qui peuvent elles être associées à des ciels ombragés, pluvieux ou encore orageux.

Ses tissus de grande qualité sont tous réversibles car Johanna tisse ses motifs sur
un tissu en coton de couleur claire, base que l'on retrouve dans toutes ses créations.
Elle est minutieuse, pointilleuse, exigeante, sensible aux finitions. Elle aime à penser
que ses créations vont perdurer dans le temps.



Pendant plusieurs années Johanna s'est partagée entre Helsinki et Paris, elle y avait ouvert 
une boutique rue du Cherche Midi qui proposait ses tissus, ses sacs ...  mais aussi des produits 
issus de l'artisanat finlandais. Aujourd'hui, cette boutique n'existe plus mais Johanna reste 
très attachée à Paris, elle y revient régulièrement.







Crédit photos Atelier rue verte



Une designer adepte de l'upcycling


J'ai découvert une chose importante en m'entretenant avec Johanna c'est qu'elle n'aime pas 
le gâchis ni la consommation à outrance. Ses créations sont produites de façon pérenne en
 Finlande, en petites séries avec peu de chutes de tissus. Quand, il y en a, elles sont
réutilisées pour fabriquer d'autres pièces plus petites comme des trousses, des pochettes,
des portes-monnaie ... Dans son processus de fabrication elle ne peut s'empêcher de penser
au développement durable. Cet état d'esprit est le même dans sa vie au quotidien, elle
 aime donner une seconde vie à des meubles qu'elle peut trouver abandonner sur les trottoirs.



Les créations de Johanna se retrouvent dans un grand nombre de boutiques 
à Helsinki comme ici dans la boutique Artek. Photo Atelier rue verte



Chaussures dans la boutique Terhi Polkki
Crédit photos Atelier rue verte




Aujourd'hui, la boutique d'Helsinki ainsi que l'e-shop proposent une gamme très
étendue de produits qui habillent toute la maison, de la chambre au salon en passant
par la cuisine et la salle de bain. Mais la marque Johanna Gullichsen c'est également
de nombreux accessoires comme des sacs, des pochettes pour ordinateur, des trousses,
des chaussons, des sandales ... Depuis peu, on peut également craquer pour de
sublimes carreaux de ciment. 

Bref, il y a mille raisons de succomber devant l'une de ses créations.





Toutes les photos, crédit Atelier rue verte 




Le Japon et Johanna une vraie histoire d'amour.


 Le Japon est un pays riche en matière d'art, traditions et savoir faire ancestraux.
Les japonais raffolent des produits créés par Johanna, ils apprécient plus particulièrement
la rigueur des motifs très graphiques, le savoir faire finlandais et la qualité des tissus.
Il faut savoir que Johanna Gullichsen a ouvert deux boutiques au Japon et qu'actuellement
elle collabore avec une marque japonaise qui fabrique des tatamis.
Dans un premier temps cette collaboration sera diffusée exclusivement au Japon.



Petite anecdote à connaître, la boutique d'Helsinki est indiquée dans tous
les bons guides touristiques japonais ne soyez donc pas étonné lors de votre passage
d'en croiser régulièrement dans la boutique.


Je vous donne l'adresse de la nouvelle boutique 

Johanna Gullichsen
Errotajankatu 1, Helsinki




Lors de ce fabuleux voyage, j'étais accompagnée de Valérie Tribes, journaliste et créatrice 
du podcast Chiffon mais aussi de Valéria et Carine qui avec Johanna se sont occupées 
de l'organisation ... au top. D'ailleurs, je publierai prochainement un article qui traitera 
d'Helsinki et j'en profiterai pour vous donner quelques bonnes adresses.



 Valérie Tribes dans la boutique de Johanna Gullichsen


Carine, Valéria et Johanna






Pour me suivre au quotidien, c'est ici sur ma page Faceboomais je suis aussi sur PinterestTumblrInstagramBloglovin ..



Contact atelierrueverte@orange



Un mur déco ethnique sans clou, ni vis



Aujourd'hui, je vais vous parler de décoration murale c'est un sujet 
que j'aborde peu car j'ai la phobie des clous. Et oui, ce n'est pas courant
mais je n'aime pas faire des trous dans mes murs de peur de les abîmer. 
Il faut dire qu'en matière de déco j'aime le changement et qui dit changement 
de déco murale dit de nouveaux clous à planter.



Cependant, je viens de trouver une astuce qui va me permettre d'assouvir
 ma passion pour les décorations éphémères. Je la partage car vous avez 
peut-être comme moi horreur des clous mais cette astuce sera aussi idéale pour 
toutes les personnes qui sont en locationqui ne peuvent pas se permettre de
  percer les murs et qui n'ont pas envie de passer leur vie devant des murs blancs.




Pour cette réalisation, j'ai investi le mur au dessus de ma cheminée. 

Cela fait longtemps que j'avais envie de le décorer mais je ne savais 
pas comment m'y prendre car je ne voulais pas faire de trous dans le coffrage.
La solution, je l'ai trouvé avec ces languettes accroches tableaux "Command (TM)" 
qui permettent de décorer sans abîmer les murs, c'est tout simplement génial. 
J'ai donc réalisé une déco ethnique très facilement, sans faire un trou. 
J'avoue que je suis vraiment satisfaite du résultat et encore plus de me dire
 que je pourrai régulièrement changer la déco de ce mur au gré de mes envies.








Pour réaliser ce mur, invitant au voyage, j'ai opté pour des paniers de différentes tailles,
différentes matières et couleurs. Bien évidemment les poids ne sont pas les mêmes
mais cela reste des objets ultra légers.










Je vais vous détailler ci dessous toutes les étapes pour créer un mur déco 
très tendance. J'ai opté pour les languettes accroches tableaux "Command(TM)"
simple d'utilisation, qui n'abîment pas les murs et qui s'enlèvent aisément.










1/ Nettoyer bien votre mur que vous souhaitez embellir avec de l'alcool ménager,
surtout ne pas utiliser de produits ménagers ou lingettes qui laissent des résidus
glissants sur les surfaces.


2/ Séparez les languettes et les pressez entre elles, on entend un "clic" quand c'est fait. 










3/  Retirez la protecteur puis poser la languette sur un côté du cadre 
(ou autre objet déco avec une surface plate), répétez l'opération de l'autre côté. 
Suivant le poids du cadre, vous devez utiliser 4 paires de languettes et 
répéter l'opération au 2/3 du cadre  ( ou objet déco ).









4/ Enlevez les protecteurs restants et appuyez le cadre (ou l'objet déco)
 sur le mur à l'endroit désiré ceci durant 30 secondes.


Le bout arrondi doit être placé vers le bas.







5/ Puis décrochez le cadre, (objet déco) en prenant soin de le soulever vers le bas et vers vous.
Appuyez 30 secondes sur les languettes restées au mur ainsi que celles sur le cadre 
pour obtenir une meilleure adhérence.










6/ ATTENDEZ 1 HEURE, puis vous pouvez replacer le(s) cadre(s), objet(s) déco, 
appuyez au niveau des languettes jusqu'à ce que vous entendiez le "clic".
(Pour la notice complète c'est par ici.)


Pensez bien à appuyer 30 secondes sur l'ensemble des languettes qui restent 
sur le mur et qui se trouvent sur les cadres ou objets pour assurer
 une meilleure adhérence avant de replacer les objets. 











7/ Pour le retrait des languettes les tirer lentement vers le bas et parallèlement au mur.
Elles ne laissent aucune trace.









La gamme de languettes est très large, 2 couleurs (blanc ou noir) 
avec plusieurs tailles selon la grandeur et le poids des objets à accrocher.





Pour me suivre au quotidien, c'est ici sur ma page Faceboomais je suis aussi sur PinterestTumblrInstagramBloglovin ..



Contact atelierrueverte@orange

Au Grand Palais / Révélations, biennale internationale des métiers d'art et de la création /




C'est dans un lieu prestigieux, sous la nef du Grand Palais que se déroule la 4eme édition 

Cette année, le pays à l'honneur est le Luxembourg, mais ce n'est pas moins de 
33 pays qui sont représentés avec un peu plus de 400 créateurs. Ce rendez vous qui 
dure 4 jours ( du 23 mai au 26 mai ) est incontournable pour les amateurs d'art, 
professionnels ou pas. En plus de découvrir des oeuvres fabuleuses, on peut
assister à des conférences, visionner des films, bénéficier de visites guidées,
 se restaurer ... Les enfants ne sont pas oubliés, ils peuvent assister à des ateliers créatifs,
( inscription en ligne sur le site du salon ).






J'ai donc eu la chance de pouvoir déambuler dans les allées du salon qui offre cette 
année encore une excellente programmation. Il faut savoir que toutes les pièces 
présentées lors de cette biennale sont sélectionnées avec le plus grand soin par le
comité d'orientation artistique. 


Au coeur de cette exposition, sous la grande verrière on trouve le Banquet
qui est aujourd'hui en quelque sorte la signature de ce salon. Le Banquet 
propose des oeuvres de 4 continents et plus précisément de 11 pays
 ( Iran, Inde, France, Afrique du sud, Roumanie, Thaïlande, Cameroun, Chili,
Canada, Espagne et le Luxembourg qui est l'invité d'honneur ). C'est donc
sur 11 ilots blancs que 100 oeuvres nous font voyager par les différentes
cultures, matières, techniques de travail spécifiques.



Je vous propose de découvrir quelques oeuvres qui étaient à l'honneur 
sur les différents îlots du Banquet. J'ai vraiment apprécié la diversité,
le savoir faire ainsi que la passion des artistes qui se dégagent de toutes ses oeuvres.



LE LUXEMBOURG



Le Luxembourg est l'invité d'honneur de cette 4eme édition du salon Révélations.
Ce petit pays possède un riche passé, historique et culturel. Le Luxembourg
dispose d'un grand nombre d'artisans d'art qui sont heureux de promouvoir leur art
à Paris sous la prestigieuse nef du Grand Palais.



Roxanne Flick

Purpur, service à thé en porcelaine.

L'artiste a cherché à donner à chacun de ces objets une impression de vivant.
La table en bois représente un lac, la théière un flamant rose et
les tasses sont les nids du flamant rose.






AFRIQUE DU SUD


Ce collectif regroupe des créateurs d'exception qui revendiquent une
certaine modernité de leur pays tout en retravaillant des techniques traditionnelles.



MARISA FICK_JORDAAN

Oeuvre en fil d'acier galvanisé, fil d'acier doux enduit de PVC







THREADS OF AFRICA
( collectif de vanniers )


Bol en fils de cuivre, de laiton et d'argent.





Tissages de perles de verre





IRAN


MOHAMAD BAHABADI

Céramique





NIMA NASIRI

Cuivre émaillé





CHILI

NURY GONZALEZ

Création mêlant laine et épingles de cactus




CAMEROUN


GILBERT OUEMBE

Le notable, sculpture en métal



BEYA GILLE GACHA

Orant, sculpture perlée

Cette sculpture possède une histoire, elle est réalisée par des perleuses de différentes
générations qui associe des techniques ancestrales et plus contemporaines
amenées par la jeune artiste Beya Gille Gacha.

" Cette sculpture juxtapose harmonieusement la tradition et l'avenir, les ancêtres et
les générations futures ... Le bracelet géant, symbolise lui l'éternel recommencement
et l'infini, avec son perlage interrompu, questionne la transmission des valeurs, 
d'héritage culturel, des traditions et du savoir faire. L'enfant semble se lover 
dans ce symbole comme protégé par lui mais sans y être prisonnier  ..."








Depuis longtemps, l'univers des créateurs me fascine, j'aime les imaginer 
dans leur atelier pendant des heures entrain de façonner un objet sans oublier
qu'en amont il y a également beaucoup d'heures de réflexion ... J'ai bien 
évidemment des domaines de prédilection comme la céramique, le bois, le papier
 et j'apprécie plus particulièrement les univers assez épurés, les couleurs neutres.










KAORI KURIHARA
Stand G12

/ céramiste /

Je commence avec la rencontre d'une jeune artiste japonaise Kaori Kurihara,
céramiste née à Osaka. Elle a étudié les techniques de la céramique à Kyoto,
"elle s'inspire du monde végétal en portant une attention particulière aux formes 
et à leur répétition géométrique". Kaori est particulièrement subjuguée par la
forme d'un fruit asiatique nommé durian, qui est à la base de la majorité
de ses créations de fruits imaginaires.
 En arrivant en France, elle a continué sa formation pour pouvoir créer des bijoux.




Au départ, elle imaginait que les fruits et ses oeuvres ont évolué
avec l'ajout d'une fleur qu'elle ajoute au dessus du fruit.









MAXIME PERROLLE
 Stand H12-16 

/ tourneur sur bois - sculpteur /


 Maxime Perrolle, est passionné par les arbres, il veut rendre hommage
à ces "grands immobiles" comme ils les appellent. Il pratique le tournage d'art
depuis 2016, il adore sentir l'odeur du bois, il adore le contact très sensoriel
avec cette matière naturelle. Il ne travaille pour ainsi dire que des bois tombés.










WENQI LIU
Stand L9

/ céramiste - créatrice textile /


Wenqi Liu associe sa passion de créatrice à celle d'un chercheur, elle aime
 expérimenter les différentes matières en les mélangeant, en testant leur limite.
Ses créations épurées, toutes artisanales sont pleines de sensibilité. 









FARFELUS FARFADETS
Stand D6

/ sculpteurs - curiosités en papier mâché /


Derrière ce drôle de nom de Farfelus Farfadets, se cache deux artistes
Anne et Laurent qui oeuvrent ensembles depuis les années 1970. A leur début,
 ils puisaient leur inspiration dans les contes de fées pour des créations quelques
peu chimériques, ils créaient en quelque sorte des cabinets de curiosité.
Aujourd'hui, leurs sculptures en papier mâché évoluent,
ils créent de magnifiques miroirs que l'on pourrait croire en plâtre ...










EVELYNE ALICE BRIDIER
Stand B9

/ créatrice textile /


C'est en 2003 qu'Evelyne Alice Bridier découvre la technique du feutre, elle en
explore toutes les facettes. Aujourd'hui, elle en "tire" de magnifiques bijoux
contemporains, ainsi que des sculptures. Toutes ses créations sont bien sûr
des pièces uniques.







LOUP MANA BY LOVO MURIEL
Stand B9

/ céramiste /


Céramiste diplômée de l'Ecole des Beaux arts de Vallauris, Muriel Lovo
a choisi de travailler la porcelaine. Elle créée ainsi des dentelles de porcelaine
raffinées qui deviennent de délicats luminaires ou objets décoratifs.
Elle travaille aussi des séries animalières en modèles réduits intitulés "Les Minis".








Quand on déambule dans le salon, le regard est happé par toutes les oeuvres,
on a envie de tout prendre en photos, de parler avec tous les créateurs qui
sont vraiment très accessibles. C'est vraiment un pur bonheur de les écouter
parler de leur travail avec énormément de passion. Surtout, si vous avez l'occasion
de vous rendre au salon Révélations ne vous privez pas, arrêtez vous et posez
les questions qui vous viennent à l'esprit.


Alors, il est évident que j'ai plus d'une centaine de photos, je ne peux pas
tout partager, le billet serait trop long, je vous en propose quelques unes et
comme cela vous pourrez découvrir par vous même les patrimoines artistiques
et créatifs de tous ces pays ...




AGNES DEBIZET

/ stand 12 /

Sculpteur, céramiste, plasticienne


J'ai beaucoup aimé cette sculpture assisse en grès noir.





MINISTERE DES CULTURES, DES ARTS ET DU PATRIMOINE DU CHILI

/ stand F20 /


Sur ce stand, ce  n'est pas moins de 20 artistes chiliens que vous pourrez rencontrer
J'ai tout de suite été emportée au Chili en découvrant le travail de ces différents
créateurs. Le Chili a d'ailleurs été l'invité d'honneur lors de l'édition 2017.


JOSE MIGUEL MARTY

Vannerie réalisée en utilisant les gestes ancestraux des peuples originaires de
la zone côtière sud du Ch.ili



DINA MEDVINSKI


Artiste textile qui aujourd'hui utilise le papier comme fibre principale.
Le papier est torsadé à la main pour en faire des fils qu'elle associe à du
fil de fer et d'autres fibres comme du lin pour ce vase.





KEKA RUIZ TAGLE


Sculpture chamanique d'inspiration ancestrale,
terre cuite et fibres végétales.


Crédit photos Atelier rue verte



HANNE FRIIS

/ Créatrice norvégienne /

L'oeuvre gigantesque, monumentale d'Hanne Friis, est l'oeuvre
qui incarne l'identité du salon révélations 2019. Elle se situe à l'entrée en
haut d'un escalier, on ne peut pas la manquer. Il s'agit d'une sculpture réalisée
à l'aide de 500 pièces de jeans bleus et noirs ( issus du recyclage ) cousus un à un,
elle rend hommage aux victimes de l'attentat de l'île d'Utaya ( Norvège 2011 ).



Toutes les photos ATELIER RUE VERTE



Si vous avez envie de vous y rendre, vous pouvez acheter vos billets en ligne
sur le site du Salon Révélations.



Pour me suivre au quotidien, c'est ici sur ma page Facebook
mais je suis aussi sur PinterestTumblrInstagramBloglovin ..



Contact atelierrueverte@orange

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...